jeudi 14 janvier 2016

Le premier matin du monde

Il avait veillé la nuit entière scrutant l'horizon attentif au miracle promis.
Les anciens lui donnaient en arabe le nom de "Khayt el abyad" le fil blanc.
Une infime lueur, le présage visible de l'inéluctable victoire de la lumière sur les ténèbres et c'est quand il faillit sombrer dans la torpeur que le signe se manifesta. Il contempla le pathétique combat de la nuit cherchant refuge dans les entrailles de la terre pour échapper à son tragique destin et au triomphe sublime de la lueur matinale sur le monde.
Il ferma les yeux après ce prodigieux spectacle et les ouvrit sur une aube telle qu'il n'en avait de mémoire jamais vécu.
Il contemplait la majesté de la création et ses yeux qui avaient naguère vu tant de noirceur, observaient à présent chaque chose, chaque créature comme les éléments indissociables d'un tout unique.
Il pouvait en toute chose voir l'éclat d'une miséricorde infinie, le sceau d'une promesse à jamais scellée. Le monde était comme au lendemain de sa création exempt de toute souillure, débarrassé de l'imposture de la civilisation.
Le sage qui l'avait recueilli lui avait enseigné que le salut pour un homme comme lui ne pouvait avoir lieu qu'en renaissant une seconde fois.
Il respira profondément pour emplir ses poumons de cet air nouveau et resta debout jusqu'à la défaite totale de la nuit.
Enveloppé de la lumière divine, il comprit que désormais il assisterait chaque matin au premier jour du reste de sa vie.